07 83 77 14 75
Animation musicale de messe d'enterrement

Le secteur des services funéraires est, comme beaucoup d’autres, traversé de crises et de mutations. Dans un contexte général de vieillissement de la population, d’inflation, de pouvoir d’achat en tension, de transformation des usages, tous s’interrogent sur les évolutions et les perspectives de leur métier.

En matière de dépenses liées aux obsèques, 53% des Français s’avouent sensibles au prix. S’ils disposent en moyenne d’un budget de 3.850 €, la fourchette s’étend de 1.300 € à plus de 6.500 €. La part relativement incompressible concerne le cercueil, le convoi et la plaque, pouvant typiquement atteindre 2.300 €. Ainsi se définit votre cœur d’activité traditionnel. Pour autant, ce n’est pas forcément là que résident vos gisements de croissance à venir.

En effet, selon la dernière étude CRÉDOC / CSNAF, vous et vos confrères du secteur anticipez de profondes mutations dans votre métier :

  • pour 69% d’entre vous, se différencier de la concurrence devient décisif dans un environnement toujours plus compétitif ;
  • 71% d’entre vous considèrent que cette différenciation s’opèrera par les conseils apportés aux familles, toujours plus demandeuses d’accompagnement et d’empathie ;
  • 77% estiment que la demande pour des cérémonies civiles personnalisées va augmenter, et 64% qu’il en sera ainsi de la personnalisation des arts et services funéraires.

Pour au moins 2/3 d’entre vous, l’enjeu consiste par conséquent à échapper à la guerre des prix et au rétrécissement de votre périmètre d’activité par la poursuite de la montée en valeur ajoutée de vos prestations.

Arrêtons-nous ici quelques instants pour analyser un autre phénomène en plein essor : le recours à la crémation. Celle-ci est désormais choisie par 39% des Français, contre 31% il y a dix ans. Il est probable qu’une cérémonie sur deux se tiendra bientôt au crématorium. Ce choix éminemment respectable des défunts n’est pas sans impacter votre modèle économique : que va-t-il advenir de vos revenus issus de la commercialisation des monuments funéraires et cinéraires lorsque ceux-ci tendent à se substituer à ceux-là, voire les deux à disparaître en faveur d’urnes et de simples plaques ? Actuellement, toujours selon cette dernière étude, l’activité relative aux monuments représente en moyenne 1/4 de votre CA, réalisée auprès d’une fraction plus lucrative de votre clientèle.

Chez ESTELLEMARION, envisageant avec notre sensibilité, notre perception et nos convictions les enjeux et opportunités du secteur funéraire, nous sommes convaincus que « Musiques pour un adieu » correspond pleinement tant aux aspirations d’accompagnement et de personnalisation d’une part croissante de votre clientèle qu’à votre quête de nouvelles propositions de valeur auprès de celle-ci. Mieux encore : recourir à ESTELLEMARION vous permettra de conférer aux funérailles toute l’émotion, l’incarnation et la puissance symbolique que la crémation ou les cérémonies par trop standardisées tendent à leur faire perdre.

Rencontrons-nous pour en discuter et construire ensemble les services funéraires d’aujourd’hui et de demain.