07 83 77 14 75
Chantre

Bien chanter, c’est prier deux fois (proverbe ancien)

Du latin cantare, le chantre est la personne, homme ou femme, qui assure les chants dans les offices religieux. En lien étroit avec l’officiant et l’organiste, il invite l’assemblée à chanter la liturgie.

Si, de nos jours, les familles sont de moins en moins assidues aux offices religieux, elles n’en privilégient pas moins le recours à l’église ou au temple pour célébrer des funérailles. Le chantre devient alors un acteur essentiel d’une cérémonie harmonieuse : il dirige et invite l’assemblée à chanter les refrains, il entonne les couplets.

Plus il y a de chantres à une église, plus il est à présumer que les paroissiens ne sont pas dévots.
Gustave Flaubert, Correspondance, à Louise Colet, 1852

Le chantre a une double formation : liturgique et musicale. L’obtention de la Carte professionnelle de Chantre est soumise à une parfaite connaissance de la liturgie et à des compétences vocales solides. Ainsi, le/la chantre est diplômé(e) de Conservatoire. Il est également titulaire du Certificat de Musique Liturgique.

ESTELLEMARION est régulièrement sollicitée pour l’intervention d’un chantre lors de cérémonies d’obsèques. Les chants sont magnifiés, l’assemblée, soutenue, unie, peut alors exprimer sa douleur d’une seule voix.

« Une tante qui décède en plein mois d’août, et toutes les personnes chargées de l’animation des chants dans sa paroisse qui sont parties en vacances, et personne dans notre entourage en capacité de jouer ce rôle. Deux jours avant la cérémonie, nous étions en panique. Nous avons alors trouvé le site de EstelleMarion sur le net. En quelques heures, le temps pour notre interlocutrice de sonder les disponibilités de ses artistes, nous avions une réponse positive à notre demande. La prestation fut splendide, l’animation des chants parfaite (…) La prestation chantée et l’obligeance de notre interlocutrice à s’adapter à nos demandes pour la partie organisationnelle furent toutes deux remarquables.
La cérémonie fut magnifiée. Merci encore à vous. »

M. Dauplais, Versailles, août 2022